Translate

24 oct. 2013

Le crowdfunding appliqué au vin.

Vignobles Peyverges
Solène au travail
Connaissez vous le crowdfunding ? J'en ai déjà entendu parler à travers différents articles sur le web mais je ne m'étais jamais intéressé plus que cela à la question. Le mot peut paraître barbare au premier abord mais mérite un rapide éclaircissement.

Le crowdfunding est l'une des composantes de ce que l'on appelle la finance participative. Cette expression regroupe " tous les outils et méthodes de transaction financières entre les individus avec pas ou peu d’inter-médiation par les acteurs traditionnels"  http://fr.wikipedia.org/wiki/Finance_participative 

L'idée de pouvoir se passer des intermédiaires financiers m'est plutôt sympathique, tant ils font preuve habituellement de roublardise et de manque de courage. Le crowdfunding pèse environ $1.6 milliard  aux États Unis et €945 millions en Europe. 

C'est en parcourant l'excellent blog de Jacques Berthomeau (qu'il soit ici remercié) que j'ai pu découvrir cette finance participative appliquée au vin.

Le premier exemple nous vient du Bordelais. Alexis et Pascal Peyvergès ont repris le vignoble de leur papa en 1999. En 2008, ils décident de convertir la conduite de la vigne et la vinification aux méthodes de l'agriculture biologique. La traction animale prenait alors tout son sens. Ils ont donc décidé de passer par la plateforme Ulule pour financer l'achat d' un collier de travail pour que leur belle jument Solène puisse tracter la "décavaillonneuse".


La navigation sur le site Ulule, m'a permis de découvrir le deuxième exemple. Il s'agit d'Amira Remaiche, une réalisatrice qui a trouvé des fonds pour financer une série de 4 épisodes. Mais quel rapport avec le vin ? J'y viens. Leïla, nom éponyme de la série, jeune française d'origine maghrébine, diplômée d’œnologie et passionnée par le vin, est tiraillée entre ses origines culturelles et son envie de devenir conseillère caviste. Le vin comme fil rouge d'un choc des cultures.



Vous noterez que le site Ulule, n’héberge que des projets créatifs, innovants, solidaires ou à portée citoyenne; et que les donateurs reçoivent en contrepartie une rétribution non monétaire.



Alors, tous à vos projets vineux !