Translate

23 sept. 2013

"Les gouttes de Dieu" de Tadashi Agi et Shu Okimoto. Editions Glénat.

 Déroutant. C'est le premier mot qui me vient à l'esprit lorsque je repense à la lecture des premières pages de cette saga. Il faut tout d'abord se familiariser au fait que l'on commence par la fin ! Depuis le cours préparatoire, nous avons tous appris à lire en commençant par la page de gauche puis celle de droite : et bien c'est l'inverse pour les mangas !

Ensuite, vous vous accoutumerez (ou non) avec la fâcheuse manie du dessinateur : la métamorphose des personnages en cochon ou chat, en fonction de leur humeur.

Les auteurs semblent bien renseigner ou vraiment passionnés, car ils nous gratifient de nombreuses anecdotes sur les grands châteaux et domaines.

C'est tout de même très addictif, et je prends du plaisir à suivre les aventures de Shizuku Kanzaki et Miyabi Shinohara qui doivent découvrir le nom et le millésime de 13 vins si ils veulent recevoir l’héritage du père de Shizuku : une collection de grands vins d'une valeur inestimable .

Un dernier petit reproche : les vins évoqués tout au long du récit sont le plus souvent Bourguignons, Bordelais ou Italiens.

Bonne lecture.